• Lisboète Magazine

Déplacements France-Portugal : vols annulés, quatorzaine obligatoire et billets à prix exorbitants


Photo : John McArthur / Unsplash

Depuis le 1er avril, tout voyageur en provenance de la France est obligé de se soumettre à un isolement prophylactique de 14 jours s’il reste plus de 48 h au Portugal. Les conséquences de cette mesure sont lourdes : les vols annulés s’enchaînent et les aéroports portugais fonctionnent au ralenti.


Pour lutter contre l’épidémie de Coronavirus, le lundi 29 mars le gouvernement portugais a resserré les mesures restrictives du trafic aérien, en imposant une quatorzaine obligatoire pour les voyageurs dont le pays de provenance a un taux d'incidence égal ou supérieur à 500 cas pour 100 000 habitants. C’est notamment le cas de la France. Seule exception : les voyageurs qui séjournent moins de 48 h dans le pays. Cette mesure est entrée en vigueur le 1er avril pour les deux semaines suivantes et a finalement été reconduite le 15 avril jusqu’à la fin du mois. L’impact sur les compagnies aériennes a été immédiat.


Vols annulés et prix exorbitants


Pour des raisons professionnelles, Lúcia Branco fait régulièrement l’aller-retour entre la France et le Portugal. Alors que cette entrepreneuse avait un billet Paris-Faro pour le 31 mars, easyJet a annulé son vol. Des témoignages comme celui-ci, on en compte par centaines. Lorsque le gouvernement portugais a déclaré l’obligation de quatorzaine, on a assisté à un véritable déferlement d’annulations : les compagnies aériennes se sont empressées d’annuler ou de modifier leurs vols pour le mois d’avril. Si auparavant la compagnie low-cost britannique réalisait quotidiennement des vols entre la capitale française et l’Algarve, pour les mois d’avril et mai, ce trajet a lieu qu’une seule fois par semaine, le samedi. Mais l’annulation des vols n’a pas été la seule conséquence. Annoncée le 29 mars, cette mesure est entrée en vigueur le 1er avril à minuit. Afin d’éviter la quatorzaine, de nombreux voyageurs français ont essayé de se rendre au Portugal avant cette date, entraînant une véritable inflation du prix des vols. « Le lendemain de cette annonce, j’ai vu un aller simple Paris-Lisbonne à plus de 1200€ chez TAP ! », confie Lúcia Branco.


Très peu de vols disponibles


Depuis la mise en place de cette mesure, les compagnies aériennes ont revu à la baisse leur calendrier et ont fortement ralenti la cadence entre la France et le Portugal. Avant cela, easyJet proposait plusieurs vols de Paris vers Lisbonne par semaine. Actuellement, un seul vol est proposé pour tout le mois de mai tous aéroports confondus. Et aucun vol Paris-Lisbonne n'a lieu entre le 2 mai et le 18 juin. Même constat du départ de Toulouse. Alors que d’habitude plus de cinq vols quotidiens sont réalisés à partir du sixième aéroport de France vers la capitale portugaise, désormais aucun aller direct n’est proposé. Du côté de Marseille, il faudra attendre le 27 mai pour se rendre à Lisbonne avec easyJet. Si en théorie il est possible de séjourner moins de 48 h sur le territoire portugais en évitant la quatorzaine, le nombre de vols réduit rend cette exception difficile à suivre dans la pratique.

Contacté par le Lisboète Magazine, easyJet n’a pas souhaité divulguer des chiffres, mais a tout de même avancé qu’« actuellement la demande est réprimée » et que « lors de la levée des restrictions dans plusieurs pays, dont la France, les réservations de voyage se faisaient automatiquement sentir ». La compagnie aérienne nationale portugaise n’a pas non plus voulu préciser les conséquences de cette mesure, en affirmant simplement que « toute restriction de mobilité sur les marchés où la TAP opère a un impact sur l'activité de la Compagnie ». Il faudra donc attendre la fin du mois et une possible atténuation des restrictions pour que la fréquence des vols revienne à la normale.


1,129 vues